Woody’n You – Mulgrew Miller

Bonjour,

comme promis, mais avec beaucoup de retard, un petit topo sur le solo de Mulgrew visible (et audible) ici.

Une caractéristique du jeu de Miller est sa capacité à jouer In’n Out, c’est-à-dire qu’il oscille en permanence entre des phrases dans l’harmonie et des phrases en-dehors de l’harmonie.

On ne peut pas parler de jeu « free », car le discours respecte la forme et les tensions harmoniques de la grille.
Mulgrew utilise pour cela une série de techniques que l’on peut analyser : 

 
1. motifs transposés

Une technique efficace pour jouer in’n out.

Ici, un motif bluesy (1’33) :

jazz, piano, mulgrew miller

Ici, un motif qui se répéte en tierce mineure, ce qui rappelle la gamme diminuée (2’29) :

jazz, piano, mulgrew miller

 

2. ré-harmonisations et décalages harmoniques

Mulgrew modifie l’harmonie pour créer des tensions.

Ici, il utilise un accord de FminMaj7 puis EbminMaj7 au lieu des deux ii-V habituels, avant de résoudre en Db (0’38) :

piano, jazz, mulgrew miller

Ici, il fait durer l’accord de dominante original Ab7, remplacé ici par une substitution tritonique (D7).
En effet, il retarde la résolution vers le Dbmaj à la 3ème mesure de l’exemple (6’00) :

jazz,piano, mulgrew miller

3. Equilibre entre les différents éléments

Le talent de Mulgrew est d’utiliser ces différents éléments de langage avec une dynamique et une construction du solo tout à fait remarquable, permettant des contrastes et des tensions bienvenus.

Ici, Mulgrew commence la grille « In » en jouant une phrase classique sur C7alt, puis « Out » (on sent tout de même la volonté de jouer plus ou moins le triton D7…) à partir de la 4ème mesure jusqu’à la résolution en Db.
Remarquez l’utilisation d’un motif qui se répète dans la 5ème mesure, et qui solidifie le discours (0’57) :

Conclusion

En analysant le solo de la sorte, on peut donc dégager différentes techniques de langage, qui sont autant de pistes de travail pour développer son jeu.

N’hésiter pas à repérer les éléments qui se répètent dans le solo, afin de cibler et comprendre le discours de Mulgrew (pentatoniques, arpèges, gammes diminuées).

N’oublions pas que, même si l’instinct joue un grand rôle dans la musique de jazz, rien ne remplacera un travail en amont attentif et précis du langage du jazz.

Enjoy !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *