Accompagnement jazz au piano /2

Bonjour,

Voici, comme d’habitude, quelques précisions supplémentaires à propos de ma dernière vidéo.

L’exercice consiste à harmoniser la note de mélodie avec un accord. Accord construit à partir de la basse (auriculaire de la main gauche) et note de mélodie (auriculaire de la main droite).

On essaye, tant que faire se peut, de respecter deux règles avant tout :

  1. la « base de l’accord » (3ce et 7ème, notes importantes pour déterminer la fonction de l’accord) plutôt à main gauche; comme le fondement d’un édifice. Les étages supérieurs correspondent aux extensions de l’accord. Si la note de la mélodie se trouve être une de ces notes importantes, pas de soucis, on peut a priori la doubler à gauche, en fonction du registre.
  2. On cherchera toujours un équilibre, voir une symétrie, entre toutes les notes de l’accord. Par conséquent, les notes entre les deux auriculaires seront, dans la mesure du possible, telles des vêtements sur une corde à linge. Il ne viendrait à personne l’idée de tasser le linge sur la gauche du fil, ou tout à droite. Mais un rapport égal entre toutes les notes, facilitera l’écoute.

 

Ces deux règles vont vous amener à ne pas surcharger d’extensions l’accord, ce qui pourra troubler l’écoute. Privilégiez toujours la bonne continuité de l’harmonie pour une meilleure compréhension du morceau. On n’est pas là pour montrer tous nos beaux accords, mais bien pour faire sonner l’orchestre.

 

Ci-dessous le .pdf associé à la vidéo.

Sur la deuxième page du document, j’ai ajouté quelques exemples de standards, en utilisant la même technique d’harmonisation. A vous de tester les couleurs que j’utilise, les adapter au besoin.

Trouver le son qui vous plait, comparez avec les disques, inspirez-vous des grands maîtres, et jouez simple.

Puis, une fois que vous maîtrisez* toutes ces techniques d’accompagnement, posez-vous encore et toujours la même question : comment se fait-il que c’est mieux quand c’est ____(mettez le nom de votre pianiste préféré)____ qui joue ?

 

* bien évidemment, nous ne maîtriserons jamais assez ces techniques, tout simplement car personne ne peut juger de l’aboutissement de ce genre de travail. Il n’y a pas de but en art. Nous pouvons, et souhaitons, toujours aller de l’avant dans nos connaissances, et la maîtrise de notre outil. Nous aimerions nous approcher des grands musiciens de jazz, et à force de travail et d’exercices, en effet, nous comprenons mieux leur langage, ce qui est déjà excellent, et essentiel. Mais il est peu probable que nous ayons mieux à dire qu’eux. Notre plaisir sera dans l’apprentissage de ce langage, dans la découverte de nouveaux accords, de nouvelles mélodies, nous nous réjouirons à la compréhension d’un nouvel enchaînement harmonique, ou d’un décalage rythmique. Et cela devrait nous suffire. Car nous portons ainsi humblement un héritage que nous croyons bon, tout en prenant plaisir à l’améliorer, dans la mesure de nos moyens. (pour ceux qui ont lu jusqu’ici, je vous renvoie à la citation d’Alain, au début de ma vidéo vlog#9).

 

Commentaires 2

  • Bonsoir, Je viens d’écouter vos deux vidèos sur l’accompagnement. Merci pour les livres de SF !
    Il y a un point que je ne comprends pas. Dans une première vidéo, vous dites qu’il ne faut pas accompagner un soliste comme le ferait un pianiste qui serait dans une logique piano solo, avec une main gauche sur laquelle on empilerait des extensions.
    Or vous débutez votre deuxième cours par une harmonisation d’un standard en piano solo. Ce qui tendrait à laisser penser que la logique de l’accompagnement d’un soliste et celle d’une harmonisation en piano solo ne sont pas très éloignées.
    Je comprends pourtant que les deux logiques sont totalement différentes. Est-ce le cas ?
    Bien à vous

    • Bonjour,

      Je voulais dire que l’accompagnement aux deux mains était d’une toute autre logique sur le clavier que les simples accords de main gauche qui accompagnent en général un solo de piano.
      En effet, tel que je le montre, on construit les accords aux deux mains en jouant la basse et la 7ème puis d’autres extensions à la main droite. Cette technique permet également de pratiquer le piano solo (tout seul). Et comme vous le faites judicieusement remarquer, harmoniser un thème et accompagner un soliste peut être proche pour le pianiste !

      Cela dit, il y a d’autres façons d’accompagner, notamment ces fameux accords de main gauche et des octaves à droite par exemple… Les modes de jeu sont assez variés.

      Je pense y revenir dans une futur vidéo ! Merci de votre remarque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *